L’additif adblue pour réduire l’impact sur la qualité de l’air

259 0
additif blue

L’industrie automobile a depuis toujours investi dans la recherche de nouvelles technologies afin de réduire son impact pour l’environnement. Parmi ces nouvelles technologies, on peut citer le développement de la voiture électrique, le pot catalytique, le filtre à particules diesel ou encore l’additif AdBlue.

L’AdBlue, c’est quoi ?

L’adblue est une solution aqueuse composée d’urée et d’eau minéralisée. Il permet de réduire les rejets de polluants émis par les pots d’échappement des voitures compatibles. Son utilisation s’inscrit dans la liste des mesures antipollution et les mesures de réduction des émissions d’oxydes d’azote.

Compte tenu de son utilisation grandissante, il est de plus en plus facile de se procurer de l’AdBlue. Il peut s’acheter sous deux formes :

  • soit directement à la pompe dans la plupart des stations-services ;
  • soit en bidon dans les stations-services, en hypermarché ou dans les centres autos.

Pas tous les véhicules sont compatibles avec le liquide AdBlue

L’additif adblue n’est compatible qu’avec les véhicules équipés de la technologie SCR (pour selective catalytic reduction ou réduction catalytique sélective en français). Il s’agit de systèmes d’échappement que les constructeurs automobiles ont développé pour les moteurs diesel afin de se conformer aux normes de pollution de l’air.

Si à l’origine, cette technologie était réservée aux camions et aux poids-lourds, on la retrouve de plus en plus dans les véhicules particuliers et les véhicules légers (mais uniquement sur les véhicules diesel). Les voitures neuves en sont généralement équipées, depuis 2006 pour les camions et depuis 2014 pour les voitures particulières dites « haut de gamme » et bénéficiant d’une motorisation diesel.

Du fonctionnement d’un moteur diesel et de l’effet de l’AdBlue

Quand un moteur diesel fonctionne, il entraîne un processus de combustion du carburant au cours duquel des hydrocarbures sont brûlés et des oxydes d’azote (ou NOx) se forment. L’adblue est ensuite injecté dans le conduit d’échappement où ,avec la chaleur, il se transformera en ammoniac et en dioxyde de carbone. Puis, à l’intérieur du catalyseur SCR, une réaction chimique se produira qui conduira à la réduction des NOx en vapeur d’eau et en azote inoffensif.

Toujours dans le respect des normes sur les émissions nocives des voitures diesel, ces dernières sont équipées de filtres à particules (FAP) dont le rôle est de filtrer les particules fines responsables de la pollution atmosphérique. Si l’encrassement du FAP peut être évité en adoptant un certain style de conduite (notamment en poussant les rapports), il n’est pas inutile de signaler que l’AdBlue participe également à l’entretien des FAP, car il favorise les cycles de régénération.

qualité de l'air

Quelques conseils pratiques

Pour une conservation optimale de l’Adblue, il est recommandé de le conserver dans son bidon d’origine ou dans un récipient hermétique et de le conserver à une température comprise entre -11°C et 30°C. En dessous de ces limites, le liquide gèlerait et, au-delà, la surchauffe altérerait sa qualité. Par ailleurs, il n’est pas recommandé de l’entreposer plus de 18 mois.

Sachez également que, bien qu’il s’agisse d’un produit non dangereux, certaines précautions doivent être observées lors de sa manipulation, parmi lesquels :

  • En cas de déversement sur la peau, par terre ou à l’intérieur du véhicule, rincer abondamment avec de l’eau ;
  • Ne pas verser d’Adblue dans le réservoir à gasoil de votre voiture diesel, et inversement ;
  • Préserver l’Adblue de toute contamination (avec de la poussière, de l’huile, de l’eau).

Attention, enfin, au cas de panne, le tableau de bord n’étant pas équipé d’une jauge dédiée comme c’est le cas de l’indicateur de consommation de carburants (essence et diesel), seul un témoin s’allume pour signaler un manque imminent. Quand le témoin s’allumera, le véhicule bénéficie, en principe, d’une autonomie de 2400 kms, mais il est nécessaire de faire l’appoint rapidement car, en cas de panne sèche, les véhicules sont programmés pour ne plus démarrer.

Pas de commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *