Taux d’alcool en voiture : quelle est la règlementation de l’alcool au volant ?

195 0
Taux d'alcool en voiture

L’alcool au volant est à l’origine d’un grand nombre d’accidents mortel. Dans le but de lutter contre l’alcoolémie au volant, le code de la route prévoit certaines dispositions. Celles-ci sont régulièrement mises à jour et s’adaptent aux diverses évolutions de la société : infrastructures, nouveaux conducteurs, technologies, etc. Aujourd’hui, la loi est bien plus ferme en ce qui concerne l’alcool au volant. Que dit-elle ? Cet article vous en parle.

Boire, ou conduire …

Vous cherchez des infos sur la règlementation de l’alcool au volant ? Avant de vous en dire plus, si vous ou un proche venez de vous faire arrêter alors que vous rouliez sous les effets de l’alcool, la première chose à vous demander n’est pas tant ce que vous risquez maintenant que le mal est fait, mais où vous en êtes avec l’alcool ! Peut-être vous sentez vous déjà hors limite et que vous êtes dépendant ou avez des signes comportementaux qui notifient une dépendance à l’alcool. Si c’est le cas il faut peut-être songer à arrêt de l’alcool en envisageant une désintoxication sous contrôle médical comme le propose par exemple www.institutadios.com. Un institut dédié aux addictions qui explique d’ailleurs un peu plus clairement ce que c’est que l’alcoolisme et comment y faire face. Songez-y !

Taux d’alcool en voiture : quelle est la limite autorisée ?

Même à faible dose, l’alcool peut avoir de graves conséquences sur la conduite. La loi autorise jusqu’à 0,5 g/l de sang, soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré. Lorsque vous disposez d’un permis probatoire, elle est un peu plus stricte. En effet, les personnes ayant ce type de permis, sont limités à 0,2 g/l, ce qui correspond à 0,1 g par litre d’air expiré. Ce qui veut tout simplement dire que vous n’êtes pas autorisé à boire ne serait-ce qu’un seul verre d’alcool avant de prendre le volant, et ce quelle que soit la boisson.

règlementation de l'alcool au volant

Quelles sont les sanctions prévues par la loi ?

Les sanctions sont de divers ordres. Entre 0,5 g/l et 0,8 g/l le conducteur en infraction s’expose à :

  • une amende forfaitaire de 135 €;
  • un retrait de 6 points sur le permis de conduire;
  • une immobilisation du véhicule;
  • une éventuelle suspension du permis de conduire pendant 3 ans au maximum.

À partir d’un taux d’alcool de 0,8 g/l de sang, même en l’absence de tout signe d’ivresse, le conducteur s’expose à un délit. Dans ce cas, les risques sont un peu plus élevés.

  • L’amende peut aller jusqu’à 4 500 €.
  • Le permis peut être retiré pour une durée de 72 heures au maximum.
  • Le véhicule peut être immobilisé.
  • 6 points sont retirés du permis de conduire.

D’autres sanctions peuvent aussi intervenir s’il a été constaté qu’une personne était sous l’influence de l’alcool au volant . Mais elles ne sont pas systématiques. Il s’agit du fait que le permis peut être suspendu pour une durée de 3 ans au maximum, qu’il peut être annulé avec interdiction d’en demander un nouveau pendant 3 ans. De même, une peine de travail d’intérêt général peut être requis par le tribunal ou au pire, une peine d’emprisonnement de 2 ans au maximum. Le conducteur fautif peut aussi être sanctionné d’une peine de jour-amende.

Accident en état d’ivresse : que dit la loi ?

Lorsqu’un accident de la route est provoqué par un conducteur en état d’ivresse. Les sanctions sont encore plus sévères, car la vie d’autrui a été mise en danger. En cas de blessures graves infligées, le conducteur risque une amende de 75 000 €, un retrait de 6 points du permis de conduire, une suspension de 10 ans de ce même permis et une confiscation du véhicule. Si la mort d’un usager de la route est provoquée, l’amende monte à 100 000 € suivi d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 7 ans.

L’éthylotest contre l’alcoolémie au volant

Toutefois, il existe des solutions pour éviter la suspension du permis de conduire. Depuis septembre 2018, les préfets ont la possibilité de donner une seconde chance aux conducteurs en infraction à travers la mise en place d’un éthylotest. Il s’agit d’un petit dispositif qui vous permet d’estimer votre taux d’alcool. Pour plus de sécurité, vous pouvez vous-même vous en procurer afin de réaliser ce test chaque fois, au besoin. Cela constitue une excellente solution contre l’alcoolisme.

Aucun commentaire

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *