L’électrification des productions automobiles en France s’accentue

150 0

Le secteur automobile rencontre de vives difficultés de production en France. Si les raisons de cette baisse de production s’expliquent en partie par la crise sanitaire, il ne s’agit pas pour autant de l’unique facteur puisque l’industrie automobile française a vocation à transformer sa production classique au profit d’une production plus électrique.

La pénurie de matières premières, principale raison du déclin de la production automobile française ?

Entre 2019 et 2021, la production des usines automobiles a baissé de 37% en France. Une production fragilisée par la pénurie de matières premières engendrée notamment par la crise sanitaire.

D’après le cabinet Inovev, la production s’est cependant améliorée en 2021 puisqu’elle affiche un bond de 8% par rapport à 2020. Une progression à prendre avec des pincettes puisque le déficit de production sur l’année 2021 est tout de même estimé à 1,38 million de véhicules en France et 10 millions de véhicules dans le monde.

La pandémie, bien qu’elle ait eu bon dos ces dernières années, ne représente pas l’unique raison du coup de frein des productions automobiles françaises.

D’autres facteurs expliquent cette production en berne

Si la pénurie de matières premières et notamment de composants électroniques est un facteur important de sous-production pour le secteur automobile, d’autres causes expliquent ce phénomène.

En plus des conséquences dues à la pandémie, la production de véhicules a chuté du fait de la délocalisation de la production de petits modèles comme la Renault Twingo et Clio, la Peugeot 207, la Citroën C3, etc.

De plus, certains modèles produits en France comme la Renault Laguna, la Peugeot 407 ou bien la Citroën C5 deviennent de moins en moins populaires, ce qui engendre une baisse des commandes en usines pour ces modèles.

A contrario, d’autres modèles comme la Renault Captur ou bien la Citroën C3 Aircross par exemple, rencontrent un franc succès ces dernières années mais sont, quant à eux, assemblés à l’étranger.

Ces facteurs engendrent, depuis le début des années 2000, une perte de parts de marché pour les marques françaises. Renault est notamment passé de 10,6% en 2000 à 7% en 2020, Peugeot a perdu également des parts de marché (7,7% à 6,4%) et Citroën a connu une baisse de 5,1% à 4,3%.

S’ajoute à cela une autre explication, la transition des productions vers l’énergie électrique.

Le fabricant Renault est notamment en train de créer son pôle « ElectriCity » donnant lieu à la fusion de plusieurs de ses sites (Douai, Ruitz dans le Pas-de-Calais et Maubeuge dans le Nord). Cette fusion engendre notamment une perte de vitesse en matière de production puisque la transition vers la production de véhicules électriques nécessite des formations des équipes actuellement en place.

En dehors de l’Hexagone, le constructeur allemand BMW se positionne lui aussi dans la même lignée puisque sa stratégie actuelle vise à intensifier sa production de voitures électriques. Il projette notamment un développement de ses effectifs de l’ordre de 6 000 salariés uniquement dédiés à l’électrification. L’objectif étant de rendre la marque de plus en plus compétitive sur ce segment. Une étape supplémentaire vers sa transformation tout électrique avec un objectif de 2 millions de voitures électriques à batterie vendues en 2025.

Affectés par la baisse de production automobile, les loueurs professionnels tirent la sonnette d’alarme

Les loueurs professionnels pâtissent de cette baisse de production. Ils rencontrent une forte problématique d’approvisionnement.

D’autant plus que les constructeurs ne privilégient pas ce type de clientèle qui achètent d’importantes quantités et bénéficient donc de prix réduits. Les délais de livraison sont donc allongés de plusieurs mois pour les loueurs.

En attendant que la production automobile revienne à la normale, les loueurs sont donc contraints de faire rouler davantage leur parc automobile pour répondre aux besoins de leurs clients.

Cette délicate situation devrait toutefois s’arranger avec l’intensification de la production de véhicules électriques en France. D’ailleurs, les loueurs orientent de plus en plus leurs approvisionnements vers des véhicules électrifiés. Loc Eco, agence de location voiture à Poitiers, le constate : « Les demandes, qu’elles émanent de professionnels ou de particuliers, explosent en ce qui concerne les véhicules 100% électriques et les hybrides rechargeables ». Le paysage automobile s’électrifie, une bonne nouvelle pour la planète malgré les quelques bémols techniques qu’il reste encore à estomper comme notamment la multiplication des bornes de recharge sur le territoire.