Faut-il mettre à jour sa carte grise lors d’un rétrofit électrique ?

1331 0
carte grise

Le rétrofit permet de réduire l’impact de vos déplacements sur l’environnement. Dans le cadre du principe de neutralité carbone, les véhicules électriques représentent la solution idéale. Néanmoins, la plupart des foyers n’ont pas les moyens d’acheter un véhicule électrique neuf. Le rétrofit pourrait donc bien changer les choses. À quoi cela correspond-il vraiment ? Les conditions d’un rétrofit restent nombreuses, notamment en matière d’administration. La carte grise du véhicule doit être modifiée via Internet, suite à l’obtention de certains documents. Quels sont donc les éléments à prendre en compte lors d’un rétrofit électrique ?

Rétrofit : convertir votre véhicule à l’électrique

Le rétrofit permet à ses utilisateurs de disposer d’un véhicule plus respectueux de l’environnement, sans avoir à changer de voiture.

Qu’est-ce que le rétrofit ?

Le rétrofit consiste à électrifier un véhicule thermique, qu’il soit diesel ou essence. Pour cela, des batteries ou des piles à combustible sont mises en place. L’objectif est simple : augmenter le nombre de véhicules électriques en circulation. En effet, en vertu de la loi européenne sur le climat, l’Union Européenne s’engage à d’adopter la neutralité carbone d’ici 2050. Ainsi, le rétrofit permettrait de réduire les émissions de CO2 et de polluants atmosphériques. De plus, le fait de recycler les véhicules déjà en circulation respecte les principes de l’économie circulaire. C’est depuis le mois d’avril 2020 que la législation française autorise ce principe de conversion, sans avoir à demander l’accord du constructeur. Néanmoins, la pratique du rétrofit a un coût. En moyenne, son prix va de 15 000 à 20 000€. Pourtant, cette pratique permet de faire des économies sur le long terme. Il est vrai qu’une voiture électrique est moins chère à entretenir qu’une voiture thermique. De la même manière, la recharge électrique reste plus abordable que l’essence ou le diesel.

Les conditions d’un rétrofit

Pour respecter un cadre légal, le rétrofit doit respecter certaines conditions. Dans un premier temps, la différence entre le poids initial et le poids final du véhicule ne doit pas dépasser les 20%. De plus, la puissance du nouveau moteur électrique doit être équivalente à celle du moteur d’origine. Enfin, l’alimentation moteur doit provenir d’une batterie de traction ou d’une pile à combustion hydrogène. Néanmoins, tous les véhicules ne peuvent pas faire l’objet d’un rétrofit. Les voitures, les camionnettes et les poids lourds doivent avoir plus de 5 ans. Du côté des motos, des scooters et des quads, il doivent avoir plus de 3 ans. Cependant, les véhicules agricoles ne sont pas encore éligibles au rétrofit. En outre, il se fait obligatoirement chez un professionnel agréé. Ce dernier va utiliser un kit rétrofit homologué. Le moteur thermique, la ligne d’échappement et le réservoir de carburant sont retirés. Ils sont alors remplacés par un moteur électrique, des batteries et une prise électrique.

A lire :   Vitre teintée pour voiture : voici les différents types de films

rétrofit électrique

La mise à jour de la carte grise dans le cadre d’un rétrofit

Une fois le kit de rétrofit homologué posé, certaines démarches administratives sont nécessaires.

Quel est le document nécessaire à la modification de votre carte grise ?

Lorsque l’opération est terminée, une attestation de transformation est remise à l’utilisateur, par l’installateur habilité. Cette attention doit être communiquée à l’administration publique. En effet, il est obligatoire de mettre à jour la source d’énergie, qui figure en case P3 de la carte grise du véhicule. Ce changement doit être réalisé au cours du premier mois suivant la transformation du véhicule. À défaut, l’utilisateur risque une contravention à hauteur de 135€. L’assureur doit également être prévenu de ce changement. Il est aussi possible de commander une vignette Crit’Air 0. Cette dernière permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes en particules fines et oxydes d’azote. Elle est obligatoire pour circuler dans les zones à faibles émissions mobilité, instaurées par les différentes collectivités, mais aussi lors des épisodes de forte pollution.

Le signalement du rétrofit d’un véhicule se fait sur Internet

Le site permettant de signaler le rétrofit d’un véhicule est ANTS.gouv. Il s’agit du service ANTS agrée par l’état, rattaché au ministère de l’Intérieur. L’automobiliste peut aussi mandater un tiers de confiance, qui aura ainsi la capacité de réaliser les démarches administratives en son nom.

Convertir votre véhicule à l’électrique semble être la solution idéale pour continuer à circuler, tout en respectant l’environnement. C’est ce que permet le rétrofit électrique. Néanmoins, les obligations à respecter dans le cadre de cette démarche restent nombreuses. Effectivement, la carte grise du véhicule concerné doit être mise à jour via Internet, suite à l’obtention d’une attestation. Le rétrofit électrique peut-il vraiment faire évoluer notre façon de circuler ?

Aucun commentaire

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *